Quelques autres idées de masques

Partagez

Je vous ai déjà parlé des attitudes que nous avons adopté dans l’enfance pour dire de nous adapter et nous faire aimer des adultes autour de nous :

  • La peau de misère
  • La victime
  • Le sauveur
  • L’huitre

voir cette page

Et il y a encore d’autres rôles. Voici quelques exemples :

  • L’enfant qui nait fille alors que son père voulait un garçon

Pour éviter le rejet et correspondre aux attentes paternelles elle se transforme en garçon manqué, adoptant une attitude ressemblant à celle d’un  camionneur ou d’un fort des halles, alors qu’elle est devenue une femme. Avec cette identité d’emprunt, il y a de fortes chances que cette personne, une fois devenue adulte, vivra de la solitude,  un manque affectif, ou encore rencontrera des difficultés probables pour créer une vie de couple harmonieuse.

 

  • A l’inverse l’enfant qui nait garçon alors que sa mère attendait une fille

Cet enfant a été surprotégé et a, par la force des choses, sur développé sa polarité féminine, sa dépendance aux autres et sa soumission. Avec cette identité d’emprunt, il y a de fortes chances qu’une fois devenu adulte il ait du mal à s’affirmer, à passer à l’action tout seul, et pourra avoir une relation tellement forte avec sa mère, qu’il ait beaucoup de mal à créer son propre couple.

 

  • L’enfant qui n’était pas désiré et qui s’incarne à un moment où la famille n’est pas à l’aise financièrement.

Pour s’adapter à cette situation, l’enfant va se faire tout petit, se faire oublier, et développera un sens du service important pour dire d’éviter de se faire rejeter encore plus, ce qui raviverait sa souffrance. Conséquences : devenue adulte cette personne fera passer les désirs des autres avant les siens ; elle aura beaucoup de mal à se donner une place de qualité, vivra des pénuries financières récurrentes, et aura un sentiment de faute permanent : elle se sent comme un imposteur en de nombreuses situations. De là à penser qu’elle n’a pas le droit au bonheur, il n’y a qu’un pas à franchir.

 

  • L’enfant qui est conçu pour sauver le couple de ses parents

Une fois devenu adulte, il souffrira d’un manque d’affection profond, puisqu’il est juste venu jouer un rôle de sauveur pour les autres.  Il aura donc une difficulté à aimer qui il est, à construire une vie de couple équilibré et il ne comprendra pas les raisons de ses difficultés récurrentes. Si en plus ses parents ont fini par divorcer, son rôle est terminé : il ne sert plus à rien, il se sent bon à jeter ! S’imprime en lui un sentiment puissant d’échec total, qu’il aura beaucoup de mal à dépasser. Il peut, pour masquer sa faible estime de lui, reproduire le rôle de sauveur qui a justifié sa présence sur terre, et n’exister que par ce genre de rôle qu’il se donne sur les autres. S’il est sauveur : il montre aux autres qu’il a de la valeur. Et sans ce rôle il peut ressentir un sentiment d’inutilité totale, et donc une souffrance colossale.

 

  • La maman qui met au monde un enfant, après avoir fait une interruption volontaire de grossesse quelque temps avant 

L’enfant qui nait ne comprendra pas pourquoi il a une peur viscérale d’être éliminé. Cette peur il l’a contracté in utéro, par la mémoire des cellules de la mère.

L’enfant va développer une timidité maladive.

En grandissant, cela peut :

    • se transformer en phobie, avec un besoin d’éviter de se faire remarquer, passant entre l’affiche et le mur tellement le danger lui semble grand. Cette identité d’emprunt peut le pénaliser fortement dans ses relations aux autres.
    • se manifester par de l’anorexie, autrement dit une maigreur extrême, qui met souvent en danger la vie de la personne.

Dans les deux cas c’est une grande souffrance qui isole la personne, qui ne comprend pas de où lui vient ce puissant inconfort.

 

Donc vous pouvez voir par vous-même, avec ces quelques exemples, que ces rôles mis en place à cause de blessures cachées  ou d’émotions négatives mal gérées, peuvent générer de très grandes souffrances pendant plusieurs dizaines d’années et même parfois à vie. Et tant que l’origine de cette souffrance n’est pas conscientisée et nettoyée, la personne va rejouer régulièrement des scénarios douloureux.

Donc si vous êtes dans ce cas de rejouer de façon répétitive des scénarios désagréables,

probablement que l’origine se trouve dans une de vos identités d’emprunt.

 

Par l’atelier de deux jours sur ce thème, vous pourriez la conscientiser et vous en libérer.

Ainsi vous retrouveriez le plein pouvoir sur votre vie.


Partagez